[EDITORIAL] Législatives : le rendez-vous des territoires

Posted on mai 20, 2012

1


Les législatives qui s’annoncent représentent une élection passionnante à ne manquer sous aucun prétexte. Qualifiées par certains de troisième tour et données gagnantes par d’autres à la faveur du  pouvoir désormais installé au niveau national, elles n’en constituent pas moins un enjeu majeur pour l’avenir de notre pays et plus particulièrement pour celui de nos bassins de vie. Car la circonscription d’un(e) député(e) ne doit pas être sa vitrine mais le laboratoire d’initiatives collectives et la valorisation celles-ci.  

Le rôle du Législateur est de participer à l’élaboration et au vote des lois au sein de l’Assemblée Nationale. En légiférant, il œuvre à l’amélioration des conditions de vie de tout un chacun. Il doit avoir un double ancrage local et national. L’ancrage dans le territoire est indispensable car le territoire est un ferment de l’action. Le rayonnement sur la scène nationale au sein d’un parti porteur ou toute autre dimension est tout aussi nécessaire.

C’est un projet de société que porte le législateur. Il n’en est pas l’acteur unique, mais un artisan qui doit savoir composer avec les uns et les autres dans une logique collective. A l’assemblée tout comme sur sa circonscription. Plus que tout autre élu, le ou la député(e) se trouve aux confins d’une multitude d’acteurs. Ses confrères/consoeurs élu(e)s bien entendu mais aussi les entrepreneurs, agriculteurs, dirigeants associatifs…et bien d’autres encore. Il est celui qui assure le rôle de centralisateur des demandes, de veille et d’observation des besoins et de relais au plus près de l’Etat au sein de l‘assemblée. Il oeuvre concrètement sur le terrain et traduit la réponse aux problématiques qui se posent en apportant une réponse au service de tous par la proposition d’une loi. De ce fait, il doit être en phase avec la société (impliqué sur le terrain auprès de la société civile), en avance sur son évolution (doit faire preuve d’une vision prospective) et surtout doté d’une capacité à trancher.

[Si gouverner c’est prévoir,  légiférer c’est prévenir.]

Les lois contribuent à alimenter notre société de droit à travers le contrat que l’Etat fixe avec les citoyens. Dans notre démocratie c’est la meilleure garantie que l’on ait pour maintenir et la cohésion sociale. A ce titre, le législateur se doit d‘incarner au premier chef cette éthique qu’il prône et défend.

Bien évidemment l’indispensable transition écologique doit peser sans contrefaçon dans ce vote. L’élection présidentielle n’a rien changée à la situation de crise écologique et financière et leur conséquence sociale que l’on connaît. Néanmoins, l’émission de solutions partagées, efficaces et durables doit commenceravec force. Ce thème n’a malheureusement été que trop peu représenté au cours de la campagne présidentielle. Nous pouvons donc le porter haut et fort à l’occasion de cette élection.

A CAP21, il est bien entendu que l’écologie reste pour nous la pièce maîtresse de tout projet politique. Une écologie responsable qui porte les enjeux d’une transition énergétique indispensable, une écologie transversale qui transcende les courants et porte les sujets de notre quotidien  et enfin une écologie positive qui s’inscrit de plain-pied dans la nouvelle civilisation que nous connaissons. Nous portons par conséquent les couleurs d’une écologie nuancée, progressiste et donc positive.

L’écologie que nous souhaitons porter au sein de l’Assemblée Nationale s’ouvre sur quatre volets :

–          Une écologie du bien être qui engage la santé, l’éducation ainsi que l’accès à la culture. L’écologie humaine développe en ce sens une véritable philosophie d’ouverture à l’autre.

–          Une écologie de l’éthique et de la démocratie car c’est le premier devoir que chaque candidat doit respecter s’il veut qu’en retour  les citoyens respectent les leurs.

–          Une écologie qui garantisse le juste équilibre des territoires. Cette justesse doit bien entendu l’égal accès de tous aux droits, aux services mais avec un objectif de respect de l’espace naturel.

–          Une écologie prospective qui s’attache à entreprendre dans le souci de la préservation environnementale. Si l’on accepte de mettre l’accent sur la recherche et le développement, il y a là un gisement d’emploi.

François-Xavier Helbert, Délégué Départemental 49

cap21maineetloire@gmail.com

Publicités