[EDITORIAL] L’exercice de la démocratie

Posted on janvier 23, 2012

0


« La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres ». Chacun connaît cette célèbre phrase signée Winston CHURCHILL. Une manière de dire que la démocratie est malgré tout le meilleur régime qui soit parmi les multiples systèmes de gouvernance offert à tout dirigeant. En formulant cette phrase de la sorte, l’auteur nous invite  également à cultiver cette méthode et, plus que cela, à la nourrir, à l’améliorer sans cesse.

La démocratie est un principe qui se traduit dans les actes qui, comme tout système organisé, impose des règles. Celles-ci permettent de garantir à chacun les conditions appropriées d’une écoute. Elle permet de réguler les ambitions personnelles afin de faire que le destin soit collectif et s’appuie sur un partage des valeurs.

La démocratie est un exercice délicat que chacun doit s’approprier. Chaque parti politique qui veut avancer se doit de mettre en place les conditions de cette discipline collective. Pour fonctionner, il est impératif qu’elle conjugue deux dimensions concomitantes. L’une descendante et hiérarchique qui porte le message national jusqu’au niveau local. Et l’autre, qui réunit les avis des membres au niveau local afin de les faire remonter. Pour qu’il y ait dialogue, il faut créer les conditions de l’échange.

Enfin, la démocratie doit favoriser l’expression en interne auprès des adhérents d’un parti et offrir les conditions d’un dialogue tourné vers l’extérieur afin que les citoyens s’en saisissent.

[Des valeurs partagées]

S’interroger sur ses valeurs, c’est mettre en lumière le moteur de son engagement et par conséquent le baromètre de ses interventions. Un élu qui défend des valeurs, qui s’appuie sur des principes est un élu crédible. Prévisible peut-être mais fiable surtout. L’adversaire politique reconnaîtra d’autant plus l’élu qui saura défendre ses valeurs. Et se faire respecter de son concurrent est très important. De plus, s’appuyer sur des valeurs offre un socle, un cadre pour l’action. A l’inverse celui qui ne défend pas de valeurs ou ne soucie pas de cet aspect de l’engagement ne dispose pas de baromètre pour prendre position et se condamne à devenir une girouette dans le sens du vent de son électorat.

 [Une démocratie locale]

Dans le souci de prendre des décisions cohérentes et partagées, nous venons de créer une nouvelle instance de gouvernance locale pour CAP21. Ouvert de droit à tous les adhérents du 49, le ‘Comité de pilotage’ est tout à la fois un espace de réflexion, un lieu de débats et le centre de décision de CAP 21 Maine&Loire. Chaque séance mensuelle est l’occasion d’évoquer le contexte politique local, où chacun fait état de ses démarches ainsi que ses souhaits, puis nous fixons ensemble des objectifs pour la suite. C’est à travers cet outil de gouvernance et uniquement ainsi qu’il nous est possible de conduire une démocratie à l’échelle du département

[Le dialogue démocratique]

Dans le travail  préparatoire à une élection, il importe que le projet précède la désignation du leader qui aura à les porter. Cet ensemble construit constitue une base solide qui réunit les sensibilités du plus grand nombre. A ce titre, les primaires citoyennes en France comme celle plus anciennes, américaines constituent de formidables occasions pour l’expression des citoyens. Le dialogue démocratique, prémices de l’action se fait projet contre projet. C’est une méthode qui peut se décliner tant à l’interne des partis qu’à l’extérieur, pour identifier les convergences possibles.

L’avant-gardiste, Pierre MENDES FRANCE le soupçonnait déjà dans La République Moderne : « Les nouvelles générations… n’ont pas moins d’esprit civique que leurs aînés, mais elles entendent l’exercer directement sur des réalisations et des objets précis ».

François-Xavier Helbert

Délégué Départemental CAP 21 Maine&Loire

Publicités
Posted in: [Editorial]