Climat: en France « tout le monde s’en fout complètement », déplore Corinne Lepage

Posted on décembre 8, 2011

0


L’ex-ministre française de l’Environnement Corinne Lepage, candidate à l’élection présidentielle de 2012, a déploré lundi à Durban (Afrique du Sud) qu’en France, les politiques « se foutent complètement » des négociations en cours sur le réchauffement climatique.

« Dans le monde politique, tout le monde s’en fout complètement! », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« C’est très regrettable. Cela traduit une analyse profondément inexacte de la crise économique et financière que nous vivons », a estimé la députée européenne. « En France, on n’a pas compris que tout cela faisait un tout. En négligeant l’un (la crise climatique), on risque d’aggraver l’autre (la crise économique) ».

« La situation est catastrophique sur le plan climatique et on est dans le scénario le plus noir avec des conséquences à moyen terme extrêmement préoccupantes », a-t-elle ajouté.

L’ancienne ministre, présente à Durban avec la délégation du parlement européen, a par ailleurs déploré que « la dimension écologique des sujets » ait disparu de la campagne électorale en France, que ce soit sur le climat ou la biodiversité.

« Dans la campagne, cela a totalement disparu. Ce n’est plus du tout un sujet porté par Eva Joly (candidate d’Europe Ecologie-Les Verts, NDLR). Le nucléaire, elle en a fait sa chose. Mais sur le reste, tout est passé à la trappe, on ne l’entend pas ».

Interrogée sur son avenir politique, Mme Lepage a réaffirmé qu’elle avait l’intention d’aller jusqu’au bout et d’être présente lors de l’élection présidentielle.

« Mes signatures rentrent. Il y a derrière moi énormément de gens de la société civile qui m’aident et qui m’appuient », a affirmé la présidente de Cap21, qui avait déjà été candidate à la présidentielle de 2002 et avait obtenu 1,88% des voix.

Plus de 190 pays sont réunis jusqu’à vendredi à Durban sous l’égide de l’ONU pour tenter de donner une suite au protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et plus, largement, trouver les moyens de limiter la hausse de la température de la planète à +2°C.

Après plus d’une semaine de pourparlers entre négociateurs, les ministres, parmi lesquels la ministre française de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, devaient commencer à arriver mardi dans cette ville sud-africaine située au bord de l’océan Indien.

Publicités