[EDITORIAL] L’engagement associatif : une citoyenneté active

Posted on novembre 28, 2011

2


Pour ce premier éditorial, je fais le choix de parler de la vie associative. Sans doute parce que, comme beaucoup d’entre nous, c’est dans ce terreau fertile que j’ai inscrit les premiers pas de mon engagement public. Ce thème, bien loin d’être un sujet parmi d’autres, incarne dès lors un parti pris. Et plus que cela, ce choix éditorial illustre par ailleurs l’actualité des bassins de vie dans lesquels nous évoluons. La période de rentrée, déjà bien entamée à l’heure où j’écris ces lignes, a vu fleurir les rendez-vous annuels et désormais inscrits dans la culture locale des « Forum des associations ». A ce titre, Angers n’est pas en reste avec « Agora ». Cholet fait le choix d’un forum thématique autour de la solidarité au moment où Saumur met l’accent sur le temps libre. Ainsi, à l’échelle du Maine et Loire et à l’image de la société tout entière, il n’est pas un territoire qui ne s’appuie sur une dynamique associative.  

Peut-être savez-vous quela Francecompte plus de 1 million d’associations. Parmi les Français ? 83 % déclarent faire confiance aux associations ; plus de 12 millions sont engagés comme bénévoles dans les associations et 1,7 milliard de dons ont été versés aux associations en 2010. Force est de constater que la vie associative est un enjeu global. Aussi multiple soit-elle, en raison de la variété des thèmes sur lesquels les associations interagissent, la vie associative offre la garantie de la cohésion sociale autant qu’elle assure un rôle d’utilité publique.

L’implication dans la vie associative c’est, pourrait-on dire, une école de la vie. Quel que soit le projet associatif, la réalité des situations se mêle à l’expression des points de vue de chacun des bénévoles et à leur traduction juridique à travers l’élaboration des statuts, règlement intérieur et autre compte-rendu de réunions. L’expérience associative offre un cadre démocratique à l’expression des citoyens et permet à chacun de libérer sa parole autant que d’engager son action en toute liberté. Elle est, à n’en pas douter, un des acteurs de la justice sociale. Mieux que l’instruction civique souvent rapportée de manière théorique à l’école, c’est bien là le lieu d’un apprentissage de la vie citoyenne. L’expérience créé le besoin de la connaissance et nourrit l’indispensable esprit critique du citoyen.

[« Si tu n’as pas étudié, voyage » dit le proverbe africain. Sur le même principe on pourrait avancer : « Si tu n’as rien retenu de tes études, alors exprime ta citoyenneté ».]

Ainsi la vie associative est source d’un épanouissement pratique autant qu’intellectuel des individus. Mais elle est également plus que cela. L’association assure une véritable fonction sociale. Et comme le souligne récemment Jérôme VIGNON, Président des Semaines Sociales, les associations assurent la continuité des politiques publiques et répondent ainsi à un besoin autrement laissé pour compte. La réouverture annuelle de la saison des « Restos du cœur » cette semaine ou encore le Téléthon qui aura lieu dans quelques jours en sont la preuve vivante.

L’association loi 1901, qu’elle rayonne sur le plan national ou porte des actions de proximité, est une intarissable source de progrès autant pour les hommes que pour l’environnement dans lequel ils évoluent. C’est la raison pour laquelle, les incertitudes qui pèsent ici ou là sur leurs modalités de financement – qu’elles soient directes  par la diminution des subventions ou indirectes par la remise en cause de déductions fiscales – portent directement atteinte au fonctionnement de notre société. A ce titre, ces incertitudes doivent être fermement et définitivement levées.

Dans son histoire autant que dans son fonctionnement CAP 21 n’est pas étranger à l’esprit associatif. Le parti politique auquel nous appartenons, avant de devenir ce qu’il est aujourd’hui, était lui-même une association loi 1901. Une raison d’être fier. Une manière pour nous d’associer réflexion politique et action concrète. Une ligne de conduite à maintenir ?

François-Xavier Helbert,                                                                                                                                                                    Délégué départemental 49

Publicités