Cap21 s’interroge : où est passée la diplomatie française dans la crise du monde arabe ?

Posted on février 6, 2011

0


Après le renversement de Ben Ali sans violence par le peuple tunisien, une onde de choc se propage maintenant dans le monde arabe qui aspire à la liberté, à la démocratie et qui ne veut plus au pouvoir des gouvernements corrompus.

En Egypte, après la révolte initialement pacifique du peuple égyptien qui demande le départ de Hosni Moubarak, les partisans pro-Moubarak ont propagé la violence.

De même, après avoir « baillonné » internet et les téléphones portables, c’est maintenant au tour des journalistes de se faire arrêter, agresser, confisquer ou détruire leur matériel et le gouvernement égyptien n’hésite plus à accuser la presse étrangère d’être responsable des insurrections.

Après la Tunisie, aujourd’hui l’Egypte, le mécontentement gagne maintenant le Yemen, la Jordanie, l’Algérie où les peuples souhaitent plus de liberté et la perspective d’un avenir meilleur, notamment pour la jeunesse trop souvent sacrifiée.

Pendant ce temps, notre ministre des affaires étrangères, après un faux pas envers le peuple tunisien qui aurait dû la conduire à présenter sa démission, se tait.

Comment la France, patrie des Droits de l’Homme, peut-elle être aussi inaudible face aux aspirations démocratiques des peuples et à des pratiques d’Etat injustifiables, y compris vis-à-vis de la liberté d’information.

Le contraste avec la position des Etats-Unis est aujourd’hui saisissant. Pour CAP21, la diplomatie française est affaiblie et doit profondément renouveler et élargir sa vision du monde en pleine mutation pour retrouver sa place et défendre avec fermeté les valeurs de liberté, égalité, fraternité inscrites au fronton de la République.

Dominique Lemoine, Porte-parole Cap21

Publicités
Posted in: Uncategorized