Le fret ferroviaire en Pays de la Loire : élément de diagnostic

Posted on novembre 17, 2010

0


Pour prolonger notre réflexion entamée sur les transports alternatifs par un premier article sur l’autoroute de la mer, nous avons choisi de nous pencher sur la question du fret ferroviaire, solution alternative au tout camion de tout premier ordre.

 

Avant de faire des propositions concrètes pour accompagner le développement du fret ferroviaire, posons un diagnostic de la situation du fret en région Pays de la Loire.

 

Un déclin sur l’ensemble du territoire Français :

 

Depuis plus de 20 ans, l’usage du Fret Ferroviaire en France comme dans le reste de l’Europe connait une importante phase de déclin en passant de 42% de part de marché en 1984 à 14% des parts de marché en 2007. Diminution du volume de marchandise transportée qui s’est malheureusement fait au profit du transport routier.

 

Ce déclin doit néanmoins être relativisé au niveau européen, différents pays à l’image de l’Allemagne, de la Suisse et du Royaume Uni ont vu le volume de marchandise transportée par le fret ferroviaire repartir à la hausse, avec respectivement des augmentations de +52%, +25% et +22% en volume. Le point commun entre ces différents états est celui d’une impulsion politique donnée simultanément afin de revitaliser le secteur industriel et de renouveler les différentes infrastructures de transport (ferroviaire et fluvial).

 

Le TGV, le développement des autoroutes…sont des premiers éléments d’explications de la situation du fret ferroviaire sur le territoire français dans son ensemble. Nos différentes politiques d’aménagements territoriales ont en effet jusqu’à aujourd’hui mise en avant les transports de marchandises par la route, tout en négligeant l’ensemble des autres modes de transports (absences d’investissements majeurs, absences de soutien à la recherche et à l’innovation…).

 

 

Répartition du volume de marchandise transporté en Pays de la Loire

Les investissements dans les transports ferroviaires n’ont pas été suffisants non plus dans la région des Pays de la Loire qui ne dispose aujourd’hui que de très peu d’infrastructure de transport de fret ferroviaire. Pourtant notre région dispose aujourd’hui d’un fort potentiel (tissu d’entreprises industrielles…), d’entreprises spécialisées et leaders (groupe ABRF – Chateaubriand).

 

Cap 21 Pays de la Loire déplore cette utilisation massive du transport routier et la faiblesse du transport ferroviaire :

 

Les récentes politiques de relance de l’activité du fret ferroviaire initié par l’état et par la SNCF (Fret SNCF) ont toutes échouées. Nous estimons que la principale raison de ces échecs est une absence de vision globale et d’avenir pour le transport de marchandise en France. L’argent n’a jamais fait le projet et sa réussite.

 

Plusieurs formations politiques des Pays de la Loire ont déjà esquissé leur projet en matière de fret ferroviaire : un renforcement des lignes ferroviaires existantes. Nous estimons que ces différents projets ne vont pas suffisamment loin et ne permettront pas de (re)lancer l’activité du fret ferroviaire dans notre région  et de faire reculer plus largement le transport routier.

 

Nous devons construire avec les pôles logistiques, les industriels, un véritable maillage du territoire alliant transport maritime, transport fluvial, transport ferroviaire et transport routier, car ce n’est qu’agissant sur ces quatre leviers que nous ferons avancer notre région.

 

Nous ne nous avancerons pas à proposer de nouvelles lignes de fret ferroviaire mais nous pensons que notre réflexion doit s’inscrire dans le prolongement de l’autoroute de la mer Saint-Nazaire Gijón et dans une volonté de désenclaver la Bretagne. Nous devrons étudier plus précisément la localisation de chacun des pôles logistiques du territoire, aujourd‘hui essentiellement localisé sur les principaux axes routiers de notre région.

Publicités