Réforme des retraites : Cap 21 Pays de la Loire participera à la journée de mobilisation du 23 septembre

Posted on septembre 20, 2010

2


Après la journée de mobilisation du 7 septembre qui a réuni près de 2,5 millions de Français selon les syndicats, un peu moins selon les autres, seules des propositions d’ajustements minimes ont été communiquées par Nicolas Sarkozy. Ces quelques concessions, qui avaient très certainement été déjà calculées en amont et qui étaient déjà acquises, ne constituent pas une réponse satisfaisante aux inquiétudes et aux attentes des salariés présents et futurs dans notre pays. Car le fait est que nous vivons une énième reforme des retraites qui passera très certainement en force malgré l’opinion des Français.

L’UMP n’hésitera certainement à nous dire au lendemain de la reforme qu’ils (Sarkozy et l’UMP) ont sauvé nos retraites et le système Français et que l’opposition (PS, Europe Ecologie, PC…) n’a rien proposé de concret tout en faisant le le choix de s’enfermer dans un dogmatisme  – la retraite à 60 ans.

A côté de ces deux postures, il existe pourtant des solutions qui ne sont ni explorées par le projet de loi du gouvernement, ni évoquées par l’opposition socialiste. Alors au fond, pourquoi devons-nous nous opposer à ce projet de reforme des retraites pour proposer autre chose aux Français ?

Sommes-nous totalement opposés à une reforme des retraites ?

Il est aujourd’hui plus que nécessaire de reformer notre système de retraite par répartition : système complexe, injuste (aujourd’hui déjà)… et non financé. Les français l’ont bien compris. Les raisons de l’opposition à cette réforme ne sont donc pas à rechercher dans un dogmatisme politicien ou social contrairement à ce que certains souhaiteraient nous faire croire.

La réponse aux mécontentements des Français est donc aujourd’hui à rechercher dans les solutions qui sont proposées par nos gouvernants : trop injuste, insuffisante…  et aussi dans le projet de société que cette réforme implique (séparation entre temps de travail et de loisirs…).

Nicolas Sarkozy, nous propose une réformette « démographique » des retraites :

Malgré les incidences sur la vie de millions de Français, de jeunes et de moins jeunes, Eric Woerth, Nicolas Sarkozy et consorts n’ont jamais cherché à élaborer un projet partagé par tous de droite comme de gauche,  ce que les hommes politiques Suédois sont parvenu à faire après d’âpres (et surtout longues !) négociations. Ils ne chercheront très certainement pas à le faire demain… Il n’y a qu’à observer l’incapacité de nos dirigeants actuels à entendre la souffrance des Français.

Aujourd’hui ce que Nicolas Sarkozy nous propose n’est rien d’autre qu’un réajustement de l’âge de départ à la retraite et de l’âge à partir de laquelle nous pourrons toucher notre retraite à taux plein… quoi de plus naturel en soi lorsque nous prenons pour postulat de départ que l’espérance de vie et son évolution progressive. Mais d’autres indicateurs auraient dû être pris en compte afin d’élaborer une reforme des retraites ambitieuses, justes et durable : l’espérance de vie en bonne santé (63 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes), la pénibilité au travail (notion très fortement liée à la précédente), les carrières entrecoupées de période d’inactivité (qui touchent à la fois les femmes et les jeunes), les modifications sociologiques du rapport des Français au travail, l’emploi des jeunes et des séniors, les sources de financement pouvant être mobilisées afin d’équilibrer le régime de retraire…

Après avoir déjà reformé le système des retraites en 1993 (Balladur), en 2003 (Fillon), en 2007 (Sarkozy – régimes spéciaux de retraite), Nicolas Sarkozy s’apprête à reformer une nouvelle fois le système des retraites. A travers cette chronologie des réformes la droite Française nous montre qu’elle est incapable de conduire une réforme des retraites ambitieuse et durable, partagée par l’ensemble de la société française et ne fait qu’appliquer des rustines tout en ne résolvant aucun problème.

Ainsi, il est d’ores et déjà prévu de conduire une nouvelle réforme du système des retraites dans 8 ans, afin de rééquilibrer le budget du système de retraite. Le problème est repoussé de quelques années au prix d’un important sacrifice pour l’ensemble des français les plus fragiles. Et bien entendu rien n’est fait concernant les vrais problèmes sur lesquels nous allons devoir tenter, dans un avenir proche, d’apporter une réponse : le chômage des jeunes et des seniors ou la dépendance de nos personnes âgées par exemple

Pour une reforme des retraites à la suédoise :

Pour obtenir une reforme juste, équilibré et durable, nous devons instaurer un dialogue entre les partis politiques, les syndicats, les entreprises et la société civile, afin d’élaborer un projet commun qui pourra satisfaire l’ensemble des Français ou leur grande majorité. Nous devons rétablir un dialogue intergénérationnel, débattre ensemble de ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas, parler de notre avenir, en bref, réinstaurer un dialogue citoyen sur la société future que nous voulons construire ensemble.

Pour sauver son système de retraite, la Suède a mis près de 7 ans. Cela ne s’est pas fait de façon automatique, mais cela semble fonctionner et concrétise un projet ambitieux et durable. Les Suédois semblent heureux de cette reforme qui permet à toutes les générations d’aller de l’avant pour penser sereinement à l’avenir.

Peut-être devrions nous nous inspirer de leur modèle pour débuter dès aujourd’hui une concertation qui dans 10 ou 20 ans, nous permettra de dire : nous avons une solution qui peut sauver définitivement notre système de retraite, il est le suivant.

Pour une reforme qui implique davantage les jeunes :

Lorsque qu’on parle de la retraite et de sa réforme, aux jeunes qui débutent leur carrière professionnelle, beaucoup ne se sentent pas concernés.

Pourquoi ce manque d’engagement de la jeunesse Française ?

Peut-être par ce que nous n’avons pas le sentiment que cette reforme est faite aujourd’hui pour les moins de trente ans et que beaucoup d’entre nous ne place pas beaucoup d’espoirs dans le système de retraite ni même dans le système de solidarité à la française.

Cette réforme, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, est une réforme faite par des quinquas et pour les quinquas et non pas pour la France dans son ensemble. Les jeunes seront certainement ceux qui en souffriront le plus, alors que leur espoir de profiter d’une vraie retraite pour leurs vieux jours s’amenuise au fil des réformes et des années. Il est évident que nous devons leur proposer autre chose, leur offrir un nouvel horizon. C’est toute la société qui doit aujourd’hui se mettre en discussion pour offrir à nos enfants des raisons de croire et d’espérer. Si jamais il devait en être autrement, c’est tout l’héritage de la Révolution qui serait perdu, avec ses trois principes fondateurs : la Liberté, l’Egalité et la Fraternité.

Telles sont les raisons qui doivent nous pousser à nouveau, jeudi 23 septembre prochain, à sortir manifester contre une réforme à la fois injuste et inefficace. Cap 21 Pays de la Loire sera donc présent dans la rue pour joindre la voix des démocrates et des écologistes à ceux de tout un pays.

Publicités
Posted in: Cap 21, manifestation